mardi 18 mai 2010

PowerPoint, menace intérieure


L’été dernier, commence par raconter Elizabeth Bumiller, à Kaboul, pendant un briefing, on a présenté au Général Stanley MacChrystal, qui dirige les forces américaines et de l’OTAN à Kaboul, une slide censée représenter toute la complexité de la stratégie militaire américaine. Et ce schéma ressemblait à un plat de spaghettis. “Quand on aurons compris cette slide, fit remarquer le général MacChrystal, nous aurons gagné la guerre” ce qui fit éclater la salle de rire. Depuis, le schéma a fait le tour du web. Comme un insurgé, explique la journaliste, PowerPoint s’est infiltré dans la vie quotidienne des hauts gradés au point de devenir une quasi-obsession. ( ... )

le général de brigade MacMaster, qui avait banni PowerPoint de ses présentations lorsqu’il dirigeait en 2005 la sécurisation de Tal Afar au nord de l’Irak, a ajouté que PowerPoint était une menace intérieure. “C’est dangereux parce que cela crée l’illusion de la compréhension et l’illusion du contrôle”, a-t-il précisé à la journaliste. ( ... )


La conclusion du papier du New York Times est terrible. Les officiers, explique Elizabeth Bumiller, disent que PowerPoint est parfaitement adapté quand le but du briefing est de ne pas donner d’information, comme dans le cas des réunions qui sont organisées pour les journalistes. Ces réunions durent 25 min, avec 5 min à la fin pour les questions de ceux qui ne se sont pas endormis entre temps. Ces présentations PowerPoint sont connues pour leur aptitude à, selon les mots d’un interviewé, “hypnotiser les poules”. ( ... )


InternetActu

samedi 15 mai 2010

Qui veut de la post-démocratie ?


Le contenu de la Constitution est à l'image de son processus d'élaboration. Il ne consacre aucune démocratie véritable et se borne à enkyster ce qu'a toujours été l'Europe communautaire : une collection d'aristocraties échappant au contrôle populaire. L'initiative législative - la conduite de la politique de l'UE - reste entre les mains d'une Commission dont on persiste à célébrer l'indépendance, comme si le fait d'échapper à l'influence d'instances démocratiques était une qualité politique.

Le titre consacré à "la vie démocratique de l'Union" (on n'a pas osé écrire la démocratie tout court) n'arrive qu'en cinquième position dans le texte et prête franchement à sourire. Il oppose clairement et dangereusement la démocratie "représentative" à une prétendue démocratie "participative" consistant (article 47) en "un dialogue ouvert, transparent et régulier avec les associations représentatives et la société civile". Voilà ce qu'on appelle abusivement "démocratie": du lobbying institutionnalisé et une tentative de substituer une "société civile" éclatée, composée de groupes de pression et d'intérêts minoritaires, aux nations et aux peuples. ( … )

Tout, absolument tout, est susceptible d'être décidé au niveau européen ; rien ne peut réellement échapper à l'extension tentaculaire de cette organisation dont le seul contrôle réside dans une Cour européenne dont les décisions sont sans appel. Jamais le gouvernement fédéral américain n'a pu s'emparer d'autant de pouvoirs au détriment de l'autonomie des Etats, alors qu'il est, lui, parfaitement démocratique.
Ainsi, alors que la Charte des droits fondamentaux n'est évidemment pas encore adoptée, des juges européens se sont déjà fait fort de l'appliquer en se moquant délibérément des ratifications référendaires ou parlementaires à venir. Ce mépris inouï de la démocratie est d'autant plus provocant que l'on se pique de donner des leçons aux Etats candidats en les soumettant à d'humiliants examens de passage. A quoi sert-il d'élire démocratiquement un parlement national dont la tâche ne se borne plus qu'à transposer les directives élaborées par des instances oligarchiques ? ( … )


Fort hostile au régime représentatif, Jean-Jacques Rousseau estimait que le peuple anglais n'était libre qu'au moment de l'élection des députés et redevenait esclave aussitôt. Il ajoutait sévèrement : "Dans les rares moments de sa liberté, l'usage qu'il en fait mérite bien qu'il la perde." ( … )

Qui veut de la post-démocratie ?, par Anne-Marie Le Pourhiet
Quelle est la différence entre un optimiste et un pessimiste ?

L'optimiste pense que l'on vit dans le meilleur des mondes possibles.
Le pessimiste pense que malheureusement c'est vrai.